Genel

Punie très sévèrement 1

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Blowjob

Punie très sévèrement 1ATTENTION HISTOIRE POUR LECTEURS AVERTISEn enfer pour la troisième fois (1)Ces épisodes sont une suite à captivité 1 et 2 ainsi qu’à de nouveau captive 1-2 et 3.Par ma faute mon couple vit une crise, mon mari qui devait être en déplacement est rentré de manière impromptue à notre domicile et m’a surprise pendant que j’étais en pleine action dans le lit conjugal avec un représentant en électroménager (à qui je tentais de soutirer un avantage financier substantiel lors d’un achat).Mon mari parle même de séparation, il tolère que je couche avec d’autres hommes (ce que je fais depuis des années) mais n’admet pas que je le fasse chez nous. Nous avions un accord sur ce point, imprudente je ne l’ai pas respecté et je m’en mords les doigts.Il est en rage, je cherche à calmer le jeu et il va falloir que je fasse fort pour l’amadouer.Je sais que la paire de gifles violentes qui m’a fait valser dans la pièce ne va pas le calmer.<>.<>.<>.<>.Le lendemain il est un peu calmé, je reviens à la charge.<>.<>.En attendant son bon vouloir, après avoir été frappée avec un martinet sur les fesses et le sexe, chaque soir je couche sur le sol dans le salon les mains attachées dans le dos, les chevilles entravées ensemble, des épingles à linge pinçant les tétons de mes seins et comme je gémis à cause de la douleur je suis bâillonnée.Deux jours plus tard il m’informe de sa décision.<>.Il est vrai que je n’ai pas tout raconté à mon mari concernant mes deux séjours chez Mathieu alors il ne sait pas tout ce que j’ai subi.<<ça va être trop long et si je lui dis ça je vais trop en baver, sois un peu indulgent>>.<>.Résignée je téléphone à Mathieu et je discute avec lui sous la surveillance de Pierre. Il accepte de me recevoir et d’augmenter ma souffrance en me demandant si je suis sure de vouloir faire ça et si je suis capable de supporter ce qu’il envisage de me faire subir.J’accepte bien que la peur me tenaille le ventre et que je sache que cette fois je ne vais pas sortir indemne de mon séjour en captivité.A 9 heures le vendredi matin installée à l’arrière de la voiture insensible à mes larmes mon mari m’emmène pour mon troisième séjour chez Mathieu mon tortionnaire.Il stoppe devant la grille à l’entrée de la propriété, nous n’échangeons pas un mot pendant que je quitte le véhicule. Il démarre aussitôt pendant que tremblante de trouille je pousse la grille et pénètre dans la propriété.Après avoir refermée la grille je retire ma robe et mes escarpins qui sont mes seuls vêtements et les pose dans l’herbe à l’entrée de la propriété.J’avance nue dans l’allée, les rayons du soleil de cette deuxième quinzaine d’août chauffent ma peau.Je sonne à la porte de l’habitation et me mets à genoux sur le sol.La porte s’ouvre et je suis étonnée, c’est Amandine la femme de ménage d’un certain âge au physique ingrat et à l’hygiène douteuse güvenilir bahis qui m’accueille et non Mathieu mon bourreau.Elle me donne une paire de gifles violentes qui me font vaciller.<<ça c'est une demande de Mathieu pour t'accueillir>>.Je vacille car une deuxième paire de gifles s’abat sur mes joues.<<ça c'est pour moi. Baisses les yeux espèce de putain si tu ne veux pas que je t'en donne d'autres>>.J’obéis car cette femme n’est pas commode. Elle fixe à mon cou un imposant collier clouté équipé d’une grosse laisse en cuir.Elle présente devant mon visage une muselière en cuir équipée d’une boule qu’elle fait pénétrer dans ma bouche en forçant, elle attache la muselière à l’aide de lacets derrière ma nuque.<<ça te va bien, tu ressembles à une vraie chienne>>.Obéissant à un ordre je me lève puis elle équipe mes poignets et mes chevilles de larges bracelets en cuir qui ne me quitteront que rarement pendant mon séjour. Amandine tire violemment sur la laisse et m’entraîne dans la maison, à genoux dans le salon j’attends son bon vouloir. Elle vaque à ses occupations pendant un moment puis se plante devant moi et enlève ma muselière/bâillon.<>.<>.Je ramasse une autre paire de gifles, mes joues me cuisent.<>.je me courbe, passe la tête sous sa robe et me redresse, à l’odeur désagréable et à la touffe de poils abondants dans laquelle mon nez s’enfonce je sais que j’ai atteint son intimité.A ma grande surprise elle n’a pas de culotte.J’écarte les poils avec mes mains et je commence à lécher son clitoris et sa chatte dans laquelle ma langue finit par pénétrer.Ma langue fouille longtemps son vagin, elle appuie sur ma tête pour être mieux pénétrée.Une de mes mains caresse ses cuisses, un puis deux doigts de mon autre main s’insinuent dans son anus et le doigtent.Je fais abstraction de l’odeur qu’elle dégage et qui m’indispose.Aux mouvements de son corps je constate qu’elle ressent du plaisir, elle a de plus en plus de mal a tenir debout et finit par s’allonger sur un canapé les jambes écartées.Je me mets à coté d’elle et veux l’embrasser.Je reçois encore une gifle.<>.Je retrousse sa robe j’embrasse et lèche son ventre puis ma langue recommence à explorer son vagin pendant que mes doigts fouillent son cul.Quand je la sens bien excitée je masturbe vigoureusement son clitoris et doigte sa chatte, je fais durer son martyr un bon moment pour qu’elle atteigne plusieurs fois l’orgasme.Quand j’estime qu’elle n’est plus très lucide à cause des jouissances successives je me relève et attends à coté d’elle. Ma figure est imprégnée de son odeur désagréable ce qui m’indispose.Amandine a repris ses esprits et me tirant par la laisse m’emmène dans le sous-sol après m’avoir remis la muselière/bâillon.A l’entrée j’aperçois des grosses chaînes sur le sol. Ce sont des morceaux de chaînes reliés ensemble à l’aide de manillons pour n’en former qu’une avec aux cinq extrémités des mousquetons.Elle en soulève une extrémité qu’elle passe entre mes seins et attache à mon collier, elle fixe les autres extrémités aux brasselets qui enserrent mes poignets et mes chevilles.Elle me tire à l’extérieur de la maison, je suis honteuse et très gênée pour marcher à cause de mes entraves très lourdes: J’ai vraiment l’air d’un forçat et le bruit des chaînes sur le sol n’est pas agréable.Nous pénétrons dans un endroit boisé ou je vois un palan accroché à une grosse branche d’un chêne.Elle fixe le crochet de l’engin aux bracelets de mes poignets puis elle actionne le palan soulevant mes türkçe bahis bras, elle ne s’arrête que quand mes pieds ne touchent presque plus le sol.Elle casse une branche d’un noisetier et s’en sert pour me fouetter les fesses et le dos. <>.Elle ne cesse de me frapper que quand elle voit de grosses larmes couler.<>.Elle s’en va me laissant seule, les fesses me cuisent et mon corps est endolori par ma position inconfortable.Le temps passe j’ai l’estomac et les intestins torturés par la faim.J’urine deux fois, le liquide coule le long de mes cuisses et de mes jambes.Dans l’après-midi Amandine passe me voir après avoir préparé le repas de Mathieu, elle m’insulte.Elle manoeuvre le palan et je me retrouve suspendue les pieds ne touchant plus le sol.J’ai très mal surtout que la grosse chaîne pesante est restée accrochée à mon collier et mes membres. Je pleure, elle reste indifférente à ma souffrance et rit en me quittant.Enfin Mathieu arrive et me libère du palan.<>.Il regarde mon dos et mes fesses.<>.Après avoir vérifié que les chaînes sont bien attachées il me force à le suivre en tirant sur ma laisse jusque chez lui.Il me libère pour que je me lave avec une éponge dans l’évier de la cuisine.Il est assis sur un fauteuil et à genoux je déboutonne son pantalon, j’en extrais son gros pénis déjà en érection. Les mains dans le dos j’embrasse, lèche puis suce son membre qui emplit bien ma bouche.Les aller-retour de mes lèvres sur sa queue sont rapides et très vite celle-ci augmente encore de volume et prise de tremblements envie des jets de sperme au fond de ma gorge, j’avale et continue la fellation mais il repousse ma tête.De nouveau enchaînée j’attends son bon plaisir à genoux à coté de lui. L’heure du repas arrive, il pose mon assiette sur le sol, j’ai des difficultés pour manger à cause de l’encombrement et la lourdeur des chaînes.De nouveau bâillonnée Mon bourreau me traîne à l’extérieur sans se soucier de la difficulté que j’ai pour marcher à cause des chaînes, il étale de la paille sur l’herbe puis déleste mes membres des chaînes.Je m’allonge sur la litière. Il accroche mon collier à une courte chaîne fixée à un piquet.Il replie mes jambes et attache mon poignet gauche à ma cheville gauche en accrochant un mousqueton à mes bracelets en cuir puis il en fait de même coté droit. Ma situation n’est pas idéale pour dormir.Il écarte mes cuisses et après avoir sorti son pénis de son pantalon il se couche sur moi et me pénètre sans précautions. Les va-et-vient de sa queue en moi sont rapides et brutaux, ses testicules tapent contre mes fesses. Il remue un bon moment avant que son corps ne se raidisse et qu’avec des soubresauts sa verge n’envoie des jets de sperme dans mon ventre.Il se relève et s’en va en me souhaitant bonne nuit.Je dors très mal, je grelotte malgré qu’il ne fasse pas froid et j’ai les membres ankylosés et douloureux.Je passe une mauvaise nuit et ne dors pas beaucoup.Le premier samedi de captivitéIl fait jour quand mon maître vient me chercher et m’emmène dans sa demeure après m’avoir de nouveau enchaînée.Il retire ma muselière, à genoux je lui fais une fellation et avale “son nectar” puis je déjeune avant d’aller faire ma toilette.De nouveau bâillonnée il me descend dans le cachot au sous-sol. Il m’attache aux chaînes fixées au mur et en tirant sur celles-ci il me décolle du sol, mes pieds ne touchent plus le sol puis il écarte au maximum mes jambes.Satisfait de son travail il me laisse dans le noir güvenilir bahis siteleri en me disant de regarder l’écran fixé au mur qui me fait face sur lequel défilent des scènes de mes séjours chez lui. Me voir dans ces situations dégradantes est insupportable.Je pleure car dans la position ou je suis mon corps n’est que douleur.Après un temps qui m’a paru une éternité la porte s’ouvre et on allume la lumière.Mathieu pénètre dans la pièce accompagné de Jacques l’obèse à qui j’ai déjà fait l’amour lors de mes séjours précédents.<>.<>.<>.Il frappe plusieurs fois mes cuisses et mon ventre avec ma laisse puis insensible à ma douleur et à mes larmes il me demande:<>.Je hoche la tête pour dire oui malgré que je pense le contraire.<>.Comment refuser, j’opine de la tête.<>.<>.Mon maître manoeuvre les chaînes, mes pieds touchent de nouveau le sol mon maître me libère et Jacques me tient en laisse pour m’emmener dans une chambre. J’ai du mal à le suivre car mes membres sont ankylosés et douloureux.Debout devant le lit je me colle contre lui et je pose ma bouche contre la sienne, ma langue va à la rencontre de la sienne et nous échangeons un long baiser.Je commence à le déshabiller en léchant et embrassant les parties de son corps que je dénude faisant abstraction de son odeur de sueur et évitant de me focaliser sur ses énormes bourrelets de graisse.Je dois passer ma tête sous son ventre et le soulever pour atteindre son pénis que j’embrasse, lèche puis suce.Il est maintenant allongé en travers du lit les jambes dans le vide.N’étant pas décidée à passer beaucoup de temps avec lui je fais une fellation vigoureuse avec des aller-retour rapides de ma bouche sur sa queue. Le résultat ne se fait pas attendre, son corps se crispe et prise de tremblements son membre déverse sa semence dans ma bouche.J’avale le liquide pas très ragoûtant et je continue la fellation pour éviter qu’il ne débande.Ensuite je me mets à califourchon sur Jacques, avec une main je saisis son pénis toujours en érection et je l’introduis dans ma grotte.Je bouge pour imprimer des mouvements de va-et-vient à mon corps et faire coulisser sa queue en moi, lui reste inerte les yeux mi-clos et souffle beaucoup.Je caresse son corps.Je m’active un bon moment avant de ressentir les soubresauts de sa verge dans ma chatte et de sentir le sperme s’écouler dans celle-ci.Je me déplace. J’embrasse et lèche son corps tout en masturbant sa verge. Il me faut un bon moment avant qu’il ne réagisse favorablement.Je lui fais une fellation vigoureuse jusqu’à ce qu’il bande correctement puis je me remets à califourchon sur lui et m’empale sur son membre, j’oeuvre longtemps alternant avec des masturbations et fellations car il a tendance à débander avant qu’il n’aie un semblant d’éjaculation.J’essuie sa queue et mon sexe avec une serviette de toilette et j’attends qu’il reprenne ses esprits et me ramène à mon maître.Mathieu raccroche les grosses chaînes à mon collier, aux bracelets de mes poignets et chevilles puis je m’accroupis aux pieds de sa chaise pendant qu’il boit l’apéritif avec Jacques.Jacques l’obèse part après avoir dit:<>.<>.<>.Mon repas est servi sur le sol de la cuisine, je mange puis mon maître me remets la muselière équipée d’une boule qu’il m’introduit dans la bouche.J’obéis à un ordre qu’il me donne:<>.Docilement je m’exécute.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir

kurtköy escort gaziantep rus escort ümraniye escort sakarya escort bayan sakarya escort bayan kayseri escort maltepe escort ankara escort izmir escort sakarya escort ankara escort gaziantep escort kartal escort pendik escort maltepe escort ensest hikayeler gaziantep escort escort maltepe escort pendik escort kadıköy escort ümraniye izmir escort kaçak bahis illegal bahis illegal bahis kaçak bahis canlı bahis güvenilir bahis sex izle izmit escort bursa escort bursa escort bursa escort bursa escort bursa escort bursa escort sakarya escort bayan webmaster forum